Allez ! courage ! On se lance

Neleh Artiste peintre

By NELEH

Etape 1: Surmonter son manque de confiance

Il faut savoir surmonter le regard des autres et celui que l’on porte sur soi… Se lancer en tant qu’artiste quand on pas le profil, c’est loin d’être une évidence malgré la passion qui nous habite.

En clair, ok, j’ai des facilités pour dessiner, peindre, créer des petites choses sympas, mais puis-je avoir suffisamment confiance en mon travail pour me considérer comme une artiste…???

D’un naturel plutôt réservée, vais-je avoir suffisamment confiance en moi pour discuter de mon travail avec les autres, entendre des critiques, et défendre mes idées ???

Bon, alors un jour pas fait comme les autres, j’ai pris ma plus belle réalisation et je l’ai afficher dans mon bureau. Miracle!!! Mes collègues ont adorés !! Grâce à eux, j’ai trouvé l’élan de confiance qui me manquait pour m’investir d’avantage dans ma passion.

Une oeuvre n’existe que si elle lue, vue ou écoutée… Il en va donc de même pour l’artiste qui l’a créée. Ce site est une nouvelle création j’expose non pas dans une galerie mais sur une immense “toile”… Je ressens un peu la même chose que le soir de mon premier vernissage; un mélange d’appréhension et d’excitation. Qu’on aime ou non ce que je fais, seul le partage compte.

Vous avez confiance en vous ? Vous vous dites que ce n’est pas le problème qu’il vous surmonter pour passer le cape de la professionnalisation ?

Alors, passez à l’étape 2.

Etape 2: Surmonter son égoïsme

C’est donc facile d’aimer ce qu’on fait, et personne ne vous dira le contraire si vous gardez vos créations pour vous seul… Mais comme on l’a vu à la première étape on gagne à partager…

Et il n’y a pas que notre talent qu’on doit partager… Il faut aussi en partager les bénéfices. Et oui…. maintenant que vous avez exposé vos premières œuvres et que les premiers clients arrivent,  vendre sans s’être inscrit au CFE (Centre de formalité des entreprises) en qualité d’artiste-auteur, c’est du travail dissimulé.

Outre, entrer dans les clous en terme de législation, c’est aussi un très bon moyen de gagner en notoriété. Le résultat ne sera pas immédiat mais je vous assure que ça formalise un peu son projet. Votre passion se transforme alors en activité professionnelle…quelle soit votre principale source de revenu ou non.

D’ailleurs, si j’ai bien tout compris passer du rang de délinquant à celui d’artiste ne va pas vous coûter grand chose.

Alors pourquoi hésiter encore ?

Etape 3: Surmonter les premières difficultés

Le manque d’échange, l’isolement lié au processus de création peut paraître décourageant. C’est bien beau d’avoir trouvé le courage d’exposer son travail, puis d’avoir fait les démarches pour être “réglo”, si au final on se lance dans un nouveau projet et que rien ne se passe.

J’avoue ne pas être très patiente, mais je ne me fais pas d’illusions, “Paris ne s’est pas faite en un jour” ! Se faire connaitre est un long processus.

Clairement, ce n’est pas parce que vous aurez passé 3 semaines à peaufiner votre site internet, ou transmis votre book à 15 galeries, que le succès va immédiatement vous rapporter plusieurs 10zaines de visiteurs, ou que vous aller vendre une toile tous les jours…

Il ne faut pas se décourager, et s’appliquer à faire les choses bien dés le départ, pour être prêt le jour où vos objectifs finaux prendront forme.

Et vous? Qu’avez-vous ressenti ou que ressentez vous aux débuts de votre projet ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.